Les tunnels de Cu Chi et le siège du Cao Daïsme

Nous partons pour une journée de visite au sud de Saigon, dans le but d’aller assister à une cérémonie à Tay Ninh, le siège du caodaïsme, un syncrétisme religieux créé par un fonctionnaire chinois, puis d’aller visiter les tunnels de Cu Chi, un des plus grands réseaux souterrains créé par les Vietnamiens pendant la guerre d’Indochine pour se cacher. Ce réseau fut ensuite puis renforcé et agrandi pendant la guerre du Vietnam, à des fins cette fois-ci autant défensives qu’offensives.

Dans le bus nous sommes trois français, un couple d’hollandais quinquagénaires (dont le mari passe la journée à jouer à Pokémon Go sur son portable…), deux polonais, deux finlandais, trois cambodgien, une indonésienne, et un italien. Bref, une petite quinzaine de personnes aux nationalités variées. Notre guide est un jeune Vietnamien très sympathique.

Après 4h de route, nous arrivons à Tay Ninh. La « cathédrale-temple » est un mélange kitschissime de toutes les religions auxquelles on peut penser : bouddhisme, hindouisme, animisme, christianisme, judaïsme et islam. A midi pétantes les bénévoles de la religion entassent les visiteurs à l’étage, sur un petit balcon au-dessus de l’entrée principale d’où nous avons le droit de regarder la cérémonie. Ils ne sont pas du tout souriants, très stricts, et nous pressent pour que l’on gagne ce petit perchoir. La cérémonie commence et les fidèles entrent dans la cathédrale en une longue procession, tous vêtus de robes blanches, puis s’assoient à même le sol en un parfait « quadrillage ». Les hauts dignitaires, vêtus de robes de couleurs suivent et s’assoient devant eux. Un petit groupe de musiciens munis d’instruments traditionnels accompagne la cérémonie. Pas de prêche ni de sermon mais des prières silencieuses ponctuées de saluts, têtes posées contre le sol. Nous ne restons pas les 35 minutes que dure la cérémonie car c’est assez répétitif. En sortant, désireuse de prendre une belle photo de la cathédrale de face, je vais me poster devant, mais je me fais tout de suite rappeler à l’ordre par le coup de sifflet d’un fidèle : il semble que je me sois aventurée sans le savoir à l’endroit où les esprits appelés par la cérémonie se trouvent. J’espère n’en avoir piétiné aucun !

L’après-midi, nous arrivons aux fameux tunnels de Cu Chi. La visite est intéressante et assez impressionnante puisque nous avons l’occasion de tester ces fameux tunnels dans lesquels les Vietcongs (VC) se cachaient, vivaient, attaquaient, fuyaient. Nous en parcourons un sur seulement 60 mètres mais c’est plus que suffisant tant cette expérience est oppressante : nous avançons accroupis dans ces étroits boyaux où il fait chaud, et où règne une obscurité absolue. Les tunnels les plus profonds descendent jusqu’à 10 mètres sous terre et permettaient aux VC de se protéger des bombardements américains. Ils vivaient aussi ici, y ont passé des mois entiers, et nous pouvons voir une ancienne cuisine creusée dans le sol. Pour échapper à la vigilance des américains dans le maquis, les VC avaient recours à tout un panel de ruses de sioux. Par exemple, lorsqu’ils faisaient la cuisine, toute la fumée étaient redirigée dans des tuyaux souterrains, et ressortaient à divers endroits du maquis, à travers ce qui ressemblaient à des termitières géantes. Ainsi, ils pouvaient cuisiner chaud sans révéler leur position à l’ennemi. Ils trompaient aussi l’odorat des chiens de guerre en mettant du poivre derrière chaque sortie de tunnel ou de tuyau d’évacuation, ou alors, plus tard en cachant des vêtements de GI américains à ces mêmes endroits. Enfin ils se chaussaient de sandales de caoutchouc portées à l’envers pour tromper les GI qui tentaient de suivre leurs traces et qui partaient donc dans le mauvais sens.

Nous rentrons ensuite à Saïgon où nous dînons avec la 3ème Française du bus, Charlène, avec qui nous avons sympathisé. Comme nous, elle a entrepris un long voyage, mais seule et sans l’aide d’internet ! Elle a par exemple parcouru la Nouvelle-Zélande sans cette appli qui nous a tant aidée et qui nous permettait de repérer les aires de camping sur notre route. Chapeau bas !

Le lendemain, nous partons pour quelques jours dans le Delta du Mékong, le grenier du Vietnam.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s