Le labyrinthe de l’île d’An Binh

Nous empruntons ensuite les vélos de l’hôtel pour aller sur l’île An Binh. Nous nous arrêtons d’abord dans une petite gargotte non loin de l’embarcadère où nous espérons pourvoir déguster des « banh bao », sorte de petite brioche ronde et blanche (sûrement faite avec de la farine de riz) farcie à l’œuf et à la viande. Le vieux monsieur chez qui nous nous arrêtons nous amène des thés glacés, nous essayons alors de lui expliquer ce que l’on veut. Il n’en a malheureusement pas mais propose d’aller nous en chercher en scooter moyennant un petit supplément sur le prix des banh bao, ce que nous acceptons. Ni une, ni deux, il enfourche son bolide pétaradant pour aller nous chercher notre déjeuner. Après avoir dévoré nos banh bao (super bons !), nous nous apprêtons à repartir mais la chaîne du vélo de Mathieu déraille. Mathieu essaye de la remettre et se met plein de cambouis sur les doigts. Le vieux monsieur de la gargotte arrive, inspecte le vélo et retourne dans son échoppe. Il en revient une clé plate à la main pour desserrer la roue afin de la redresser et pouvoir mieux réparer la chaîne. Quelques minutes plus tard, le vélo est d’aplomb, nous le remercions vivement mais le vieux monsieur ne nous laisse pas partir comme ça et fait signe à Mathieu de la suivre dans sa maison. Il entreprend de lui laver les mains à grand renfort d’eau, de savon et de coups de brosse énergique ! Quelle gentillesse ! Nous repartons une fois de plus touchés et surpris de la générosité des gens d’ici.

Nous partons ensuite prendre le bac pour l’île An Binh, notre destination de l’après-midi. Trouver l’embarcadère n’est pas chose aisée car tout est indiqué en vietnamien et personne ne parle anglais. Un monsieur finit par comprendre ce que l’on cherche et nous amène au bon endroit où nous patientons une dizaine de minutes entourés de vietnamiens assez âgés en scooters. Lorsque le bac arrive, tout le monde démarre son moteur et se rue dessus, c’est assez marrant. Nous sommes les seuls occidentaux à bord et tout le monde nous regarde avec une certaine curiosité. Les vieux vietnamiens en particulier fixent mes jambes nues (je suis en short). Il faut dire que cela doit leur paraître étrange, voire peut-être déplacé, les vietnamiennes sont le plus souvent couvertes de la tête au pieds et portent même souvent des gants, ce qui s’explique aussi par le fait que la peau blanche est ici un critère de beauté et qu’elles ne veulent donc surtout pas bronzer. Arrivés de l’autre côté (30 min de traversée), nous enfourchons nos vélos et partons nous perdre dans le labyrinthe de canaux, qui font comme autant de petites veinules partant du Mékong. C’est très beau et encore une fois nous sommes les seuls touristes. Les gens que nous croisons ont tous l’air assez étonnés de nous voir ici. Les enfants en particulier nous dévisagent et nous lancent de grands « Hello ! » sur notre passage auxquels nous répondons avec plaisir. Au bout d’un moment, nous sommes complètement perdus et nous peinons à retrouver la route qui nous mènera à l’embarcadère. Il s’agit pourtant de le rejoindre avant le dernier départ de bac de la journée ! Après un long détour d’au moins une heure, nous nous rendons compte que nous sommes revenus au même endroit, nous avons fait une grande boucle ! Nous nous rendons compte par la même occasion que l’embarcadère se trouve en fait juste à côté de nous il y a une heure de cela ! Nous arrivons donc finalement à embarquer sur un des derniers bacs pour Cai Be. Pendant toute la traversée deux petits enfants nous fixent et semblent même être installés devant un spectacle passionnant : ils nous regardent tout en mangeant des chips, presque comme devant un bon film ! Leur mère nous dévisage aussi sans aucune discrétion. Être à ce point observés comme des bêtes curieuses est pour nous une sensation inédite et assez bizarre.

Nous rentrons finalement à l’hôtel épuisés de cette longue journée. Nous sommes les seuls clients ce soir. Après une petite bière et un copieux dîner, aussi bon que celui de la veille, nous allons nous coucher.

C’est la fin de notre super séjour à Cai be !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s